Créatrice de bijoux, Anna Sottilotta a installé sa petite boutique dans l’effervescence de la rue des Remparts. Dans ce repaire de la création, elle compose des collections uniques, en petites séries. Des bijoux d’art et d’âme, qui racontent une histoire. La sienne.

C’est une boutique intimiste, au cœur de la rue des Remparts. Dans sa boutique de 20m2, Anna Sottilotta crée des bijoux édités en petites séries, parfois des pièces uniques, pour une clientèle exigeante, à la recherche de la perle rare. Fondée en 2014 à Paris, sa marque éponyme est le fruit d’un concours de circonstances plutôt heureux. Petite, elle adorait le dessin et la poterie, réalisait des bijoux en perles et rêvait de défilés de mode et de stylisme. Pourtant, sur les bancs du lycée, elle choisit une autre voie : celle du graphisme en communication.  « Mais je n’ai jamais perdu de vue la création artistique ! confie Anna dans un sourire. Mes copines me demandaient souvent de créer des bijoux, et je postais sur mon blog les photos de mes créations ! »

Par chance, Anna Sottilotta est repérée par des boutiques de mode, qui lui proposent de commercialiser ses bijoux en dépôt-vente. De sa passion est né son métier ! « En 2012, j’ai décidé de me professionnaliser, en suivant les formations en bijouterie de l’école Boulle pour apprendre les techniques de soudure, fonte, sculpture de la cire ou découpe du métal… »

Du relief, de la matière, de la vie !

Après la trépidante vie parisienne, la jeune créatrice, originaire de La Rochelle, décide de s’installer à Bordeaux, non loin de l’océan, pour se ressourcer. « J’aime beaucoup les bijoux d’origine organique, qui ont du relief, de la matière. Je peux mouler mes pièces sur un os de seiche, à partir d’éléments organiques. Mes bijoux portent des fragments de vie passées. » Son inspiration, elle la puise dans ses souvenirs de voyages, en Amérique latine, Asie ou Afrique, et dans l’observation de la nature. A contresens des bijoux fabriqués en grande série, ses créations sont un éloge au temps long. Souvent, Anna conserve une photo dans sa poche pendant des semaines, et laisse « infuser » les idées, jusqu’à trouver le thème inspirant.

Des bijoux signature

Soutenue dans son projet dès l’origine par le Crédit Agricole Aquitaine, Anna a pu bénéficier d’un financement pour rénover la boutique de ses rêves. Dans cet antre de la création, une centaine de pièces en petites séries, en laiton plaqué or, et or 18 carats ou blanc sur demande ; des bagues, des bracelets, des colliers, des médailles… dont la médaille Fes, pièce iconique et bijou-signature, inspiré de la ville lumière marocaine du même nom.

Sa marque de fabrique reste le travail de la matière, une étape de polissage et de moulage qu’Anna affectionne particulièrement. « C’est elle qui donne la personnalité du bijou, dans son aspect brillant, poli, miroir ou satiné… J’aime jouer avec les textures, pour que le métal reflète une personnalité. »
Son rêve ? Réaliser un road trip au Mali pour apprendre les techniques ancestrales de fonte…

De l’or sourcé pour créer équitable

Artiste engagée, Anna Sottilotta espère également nouer un partenariat avec le label Fairmined, qui assure une meilleure transparence et traçabilité de l’or minier. « A l’avenir, je souhaite travailler avec de l’or sourcé de manière équitable pour mes bijoux en or 18 carats, afin que chaque acteur de la chaîne soit rémunéré au juste prix. »
La jeune créatrice, dont la marque est commercialisée au Printemps Haussmann depuis 3 ans, avoue amusée, qu’elle ne porte jamais de bijoux. Un comble ! Mais ne dit-on pas que les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés ?

 

 

 

 

 

 

 

Share This

Partagez cet article sur les réseaux sociaux